AAIQ   L'Association des Allergologues et Immunologues du Québec

Oesophagite éosinophilique

Qu'est ce qu'une œsophagite éosinophilique?

L’œsophagite éosinophilique est une maladie de plus en plus répandue qui se caractérise par une inflammation de l’œsophage, le tube qui mène les aliments de la bouche à l’estomac. Cette inflammation est liée à la présence d’éosinophiles tapissant l’œsophage. Les éosinophiles sont des globules blancs associés aux maladies allergiques. Ainsi, ils sont souvent présents dans les poumons chez les gens qui souffrent d'asthme. Certaines personnes qualifient l'œsophagite éosinophilique « d'asthme de l'œsophage ».

Quels sont les symptômes d'une œsophagite éosinophilique?

Les symptômes varient selon l’âge. Les enfants peuvent présenter des problèmes d’alimentation, des douleurs abdominales, des vomissements et des brûlements d’estomac tandis que les adultes, en général, présentent une difficulté à avaler et/ou une sensation de blocage lorsqu’ils avalent. Parfois, ceci peut être accompagné d’un réel blocage de la nourriture. Cependant, ces symptômes peuvent se présenter à tout âge.

Qui sont les personnes les plus souvent atteintes d'œsophagite éosinophilique?

Les études montrent que cette maladie affecte surtout les jeunes hommes dans la trentaine, bien que plusieurs casaient été décrits chez des enfants ainsi que chez des personnes plus âgées à travers le monde. De plus, il y a souvent un membre de la famille qui a aussi une œsophagite éosinophilique. Finalement, plusieurs patients ont d'autres maladies allergiques telles que l’asthme, la rhino-conjonctivite allergique et des allergies alimentaires.

Quelles sont les causes possibles d'oesophagite éosinophilique?

Chez la plupart des patients, certains aliments sont identifiés comme un déclencheur possible de la maladie. Les déclencheurs alimentaires les plus courants incluent le lait, le blé, les oeufs, le soya, les arachides, les noix, le poisson et les crustacés. Des études récentes suggèrent que les allergènes présents dans l’environnement (tels que les pollens d’arbres et de graminées) peuvent également jouer un rôle important dans le développement de l’œsophagite éosinophilique.

Comment est-ce qu'on diagnostique une œsophagite éosinophilique?

Chez une personne qui présente des symptômes typiques (difficulté à avaler, blocage de la nourriture, brûlements d’estomac, douleurs abdominales, etc.), le diagnostic est fait en examinant le nombre d’éosinophiles sur une biopsie de tissus prélevés dans l’œsophage. Une telle biopsie se fait par endoscopie, ce qui implique de glisser une caméra dans l'œsophage pour prélever de petits échantillons. Généralement, un médicament de la classe des inhibiteurs de la pompe à protons (ex: oméprazole, pantoprazole, ésoméprazole, lansoprazole...) doit être essayé pour au moins 2 mois avant de pouvoir établir le diagnostic de la maladie par endoscopie.

Quels sont les traitements d'une œsophagite éosinophilique?

Étant donné que l’œsophagite éosinophilique peut entraîner des symptômes de reflux gastro-oesophagien, certaines personnes sont d'abord traitées avec des médicaments appelés inhibiteurs de la pompe à protons (ex : Pantoloc™, Prevacid™). Afin de contrôler l’inflammation au niveau de l’œsophage, un médecin peut prescrire de la cortisone inhalée (ex : Flovent™) qui est un médicament également utilisé dans le traitement de l’asthme. Dans ce cas, comme on traite l'œsophage, il ne faut pas inhaler le médicament, mais plutôt l'avaler. Il faut aussi éviter de boire et de manger immédiatement après avoir pris le médicament. Parfois, le médecin peut identifier des allergies alimentaires spécifiques chez certains patients en utilisant des tests d'allergie cutanés ou des tests d’atopie épicutanés. Dans ce cas, on peut recommander d'éviter certains aliments. Il est aussi possible que le médecin recommande d’emblée d’éviter certains aliments communément déclencheurs sans tests d’allergies. Toute forme de diète ainsi entreprise devrait se faire sous supervision afin de ne pas se retrouver en carence nutritionnelle. D'autres médicaments sont présentement à l'étude et n’ont pas encore été approuvés pour cette maladie.

__________________________

Nha Uyen Nguyen-Luu, MD FRCPC

Natacha Tardio, MD FRCPC

révisé 6/7/2017